mercredi 21 février 2018

Plan Climat de la TEV : chacun peut y participer

Initialement prévue le 7 février, et reportée en raison des chutes de neige, la présentation du Plan Climat (PCAET*) de Touraine-Est Vallées a eu lieu hier soir à Montlouis. La réunion s'est déroulée à la salle Ligéria, en présence d'une soixantaine de personnes, dont le Président de l'EPCI, Pierre Dourthe. La réunion était animée par François Camé**.

De façon plutôt informelle, en faisant défiler un Powerpoint avec des chiffres-clé, mais prenant le temps de répondre à des questions en cours de route, et utilisant volontiers l'humour, il a joué le rôle du prof plutôt sympa pour faire un cours sur le réchauffement climatique. Je fois dire que, même quand on s'intéresse au sujet, et qu'on connaît déjà bien les fondamentaux, on frissonne un peu à la perspective de voir la température moyenne en Touraine dépasser celle des Baux-de-Provence en 2100, et imaginer donc la disparition des arbres.

"La Touraine risque d'être particulièrement touchée", a souligné François Camé, qui prédit une augmentation des vagues de chaleur.


Au cours de cette soirée, on a appris que la facture énergétique était de 84 millions d'euros sur le territoire. Soit, une facture de 2 124 € par habitant. Elle pourrait augmenter de 150 % d'ici 2030.

Concernant les émissions de gaz à effet de serre, le principal émetteur est le transport routier (45 % des émissions de CO2, 51 % de la facture énergétique). Il est proposé de développer le covoiturage et de favoriser les déplacements doux, quand cela est possible. L'autre poste sensible est le chauffage, qui représente 29 % des émissions. A première vue, le bois est écologique, mais il dégage des particules. Une solution est par exemple de rénover l'isolation thermique, afin de chauffer un peu moins. L'agriculture (9 % des émissions) n'est pas oubliée, puisque le territoire est heureusement constitué de 70 % de terres agricoles, qui permettent de préserver les ressources en eau. Mais, il y a les pesticides, un mot qui a été cité à plusieurs reprises dans la soirée. L'agriculture est d'ores et déjà touchée, puisque les rendements diminuent et que les vendanges ont été avancées de trois semaines en moyenne.

Une fois ce constat posé, la bonne nouvelle est qu'il possible d'agir de façon individuelle. Comment ? En mangeant moins de viande, en prenant un peu moins sa voiture, en baissant d'un degré le chauffage, en recouvrant d'un couvercle les casseroles et les poêles en cuisinant, ou encore en éteignant avant de se coucher les appareils électriques en veille. Des gestes simples qu'on peut faire connaître autour de soi.


Et si vous voulez aller plus loin, il suffit de vous inscrire sur la plateforme dédiée au plan. Ce sont en fait les citoyens (les plus gros pollueurs, puisqu'ils contribuent à 48 % des gaz à effet de serre) qui doivent prendre en main leur destin. Alors, pourquoi ne pas y participer ? Une réunion de restitution est prévue le 20 mars à 19 h à la salle Ligéria de Montlouis pour partager les diagnostics.

*Plan Climat Air Energie du Territoire. Il s'articule autour de 5 axes : réduire les émissions de gaz à effet de serre, d'adapter le territoire au changement climatique, prôner la sobriété énergétique, améliorer la qualité de l'air et développer la part des énergies renouvelables.
** Grand reporter à Libération, directeur de l’information de Charlie Hebdo, puis directeur de la rédaction du magazine Futur(e)s, il dirige depuis 2004 l’agence ETIK-PRESSE, spécialisée dans le conseil en développement durable et communication.

samedi 17 février 2018

Au Pays du Vouvray : un nouveau départ

L'association a tenu hier une AG extraordinaire pour modifier ses statuts, puis une AG, pour présenter son nouvel objet. N'étant plus en charge depuis le 31 décembre de la gestion de l'office de tourisme, qui relève désormais d'un EPIC, Au Pays du Vouvray souhaite "organiser ou participer à l’organisation d’événements liés à la vie locale du terroir dans les domaines culturels, historiques, artistiques, gastronomiques, sportifs".

L'association peut aussi "aider les particuliers, les organismes publics, les associations locales, dans la réalisation de manifestations liées à ces mêmes domaines". Elle propose par ailleurs de faciliter "la recherche et la mise à disposition de matériels, structures, sites et moyens humains bénévoles nécessaires à la réalisation de ces événements".

Le périmètre de ces actions ne se limite pas à Vouvray, mais sur tout le territoire délimité par les communes inscrites sur l'aire de l'AOC. Il n'y a donc pas de concurrence avec ce que font ou proposent déjà les associations locales. Et qui pourrait se plaindre d'une offre culturelle plus abondante ?

Il est important de préciser qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle association, mais simplement de l'évolution d'une association déjà ancienne. A ce titre, elle a déjà son siège à la Mairie de Vouvray. Toutefois, celui-ci peut être modifié par une délibération du Conseil d'Administration.

Il est aussi utile de souligner que l'Association Au Pays du Vouvray n'est pas là pour faire de la politique. Dans ses statuts, il est écrit qu'elle "s'interdit toute discussion, propagande, rencontres politiques et religieuses en dehors des commémorations traditionnelles locales". C'était d'ailleurs déjà le cas dans les anciens statuts.

Son Président, Didier Baudard de Fontaine, souhaite pouvoir tourner la page après une année 2017 difficile. Avec toute une équipe, il entend se concentrer sur des projets pour 2018.

jeudi 15 février 2018

Gendarmerie : des documents en libre consultation pour se faire une idée

Je suis allé consulter le dossier du projet pour une nouvelle gendarmerie à Vouvray. Il est consultable depuis ce lundi par tout citoyen qui le désire. Il suffit de se rendre en mairie aux heures d'ouverture et de le demander à l'accueil. On vous remettra alors une chemise bleue contenant trois documents principaux : la déclaration de projet, l'évaluation environnementale (plus de 110 pages !) et le registre d'enquête publique qui permet de donner son avis. Pour le moment, il n'y a que peu de commentaires. Mais, la consultation doit durer un bon mois.

En parcourant ces documents, on apprend que la gendarmerie se trouve à l'Echeneau, en bordure de la RD952, depuis 1975. Elle occupe une emprise de 3 000 m2. En 2012, les gendarmes ont exprimé leur souhait de pouvoir bénéficier de locaux plus grands, avec une superficie de 5 000 m2. L'équipe actuelle de la mairie a proposé plusieurs terrains. Le dossier permet justement de retracer la chronologie.

Faute de surface suffisante dans la zone de l'Etang-Vignon, qui a été envisagée pendant un an, une autre solution a été étudiée à proximité. Il s'agit du lieu-dit "Les Quarts de Gaudrelle", où trois parcelles (BT 240, 241 et 242) situées sur des terres classées en AOC, mais non exploitées, pouvaient répondre aux besoins exprimées. Le document nous apprend que ces terrains représentent 0,02 % de la superficie de l'AOC Vouvray.

Le site présente un relief peu prononcé et ne présente pas non plus de risques liées à des séismes ou des remontées de nappes. Toutefois, le dossier précise bien que l'imperméabilisation des sols pourra avoir un impact sur le ruissellement des eaux, d'où la nécessité de prévoir des ouvrages hydrauliques. S'agissant de la qualité de l'air, elle est présumée bonne car les terrains se situent en zone rurale. Le trafic sur la D47 est estimé à 2 258 vh/j, sachant que l'autoroute A10 (avec un trafic beaucoup plus important de 47 000 vh/j) est à une distance de 5 km.

Le dossier contient bon nombre de photos et de cartes.

A vous de vous faire votre avis.

lundi 12 février 2018

Anibaba fête ses 40 ans

A partir d'aujourd'hui, et toute la semaine, Annie Joliveau fête les 40 ans de son magasin Anibaba, rue du Commerce. Cet anniversaire est célébré sous la forme d'un jeu-concours, en partenariat avec la NR.

Il suffit pour cela de découper un bon de participation dans le journal (celui d'aujourd'hui et de mercredi). Ce bon est aussi disponible à la boulangerie Jeffray et sans doute dans d'autres commerces de la commune.

vendredi 9 février 2018

Neige : une rude semaine en Touraine

L'épisode neigeux de cette semaine a montré que la France pouvait se bloquer facilement. Trains, routes (et même aéroports) : c'est à croire que les pouvoirs publics découvrent chaque année qu'il peut tomber de la neige en hiver.

D'autres pays qui connaissent des hivers rigoureux arrivent pourtant à fonctionner. C'est d'ailleurs pour cette raison que les québecois se moquent régulièrement de nous.

Et sans aller si loin, ceux qui ont connu les hivers rigoureux de l'Est de la France (c'est le cas de quelques uns de mes collègues de France Bleu) n'en font pas tout une histoire.

Mais, cela nous renvoie aux défauts de notre formation à la conduite. Qui a appris les bons gestes sur la neige en passant le permis ? Pas grand monde, hélas. Ce type de formation serait pourtant très utile, beaucoup plus que les pseudo-stages pour récupérer des points. J'ai la chance, dans le cadre de mes activités professionnelles, d'avoir pratiqué régulièrement la conduite sur neige et sur glace. Les assureurs devraient encourager ce genre de formation, basée sur l'anticipation et une conduite souple.

mardi 6 février 2018

Façade et bibliothèque : ce qu'il faut encore retenir du dernier conseil municipal

Lors du conseil municipal du 25 janvier, il a été question de la façade de la mairie. Pour financer des travaux de ravalement, qui se montent au total à 58 250 euros H.T, un dossier a été déposé pour bénéficier d'une aide de 80 %. Soit, une somme de 46 600 € au titre d'une DETR (Dotation d'Equipement des Territoires Ruraux). L'objectif est de mener les travaux en une seule fois, sans rupture.

Il a été question également de la bibliothèque. Afin de proposer une plus grande plage d'ouverture, au niveau des horaires, la mairie a décidé de faire appel à la DRAC (Direction des Affaires Culturelles), afin de pouvoir embaucher une personne pour 18 h par semaine. Cet "assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques" sera employé pour 46 260 €, dont 60 % seront pris en charge au titre de la Dotation Globale de Décentralisation. Et ce, sur trois ans. L'opération va permettre aux vouvrillons de profiter beaucoup plus de la bibliothèque, dont les plages d'ouverture sont limitées aujourd'hui à 6 h 30.

Suite à une question posée en conseil, il a été précisé que cet assistant n'aura pas pour mission de classer les archives.

Un autre sujet abordé a été la dissolution du SICALA (Syndicat Intercommunal d’Aménagement de la Loire et de ses Affluents), les membres de ce syndicat ayant décidé de mettre fin à ses compétences au 31 décembre. Les collectivités membres, dont la mairie de Vouvray, devaient se prononcer sur ce point avant le 15 février.

Enfin, les (très) rares auditeurs du conseil municipal ont pu entendre que le conseil municipal de Vouvray était convié par la mairie d'Holnon en septembre prochain pour commémorer les 100 ans de la Grande Guerre. Au sein du conseil, Pascal Barone prépare quelque chose sur ce thème, la volonté étant d'y associer les enfants.

samedi 3 février 2018

Jumelage avec Randersacker : une soirée souvenirs

La salle des fêtes était comble hier pour la soirée organisée par le Comité de jumelage avec Randersacker. Prévue initialement en fin d'année dernière, afin de revenir sur les 25 ans du jumelage, elle avait dû être décalée en raison de la disparition de Catherine Jarry. Cette soirée lui a d'ailleurs été dédiée. Evoquant une femme "dynamique"', que "nous n'oublierons jamais", Nadège Aubert a fait respecter une minute de silence.

Le programme prévoyait d'abord un diaporama sur la marche de René-Jean Bienvenu.

mercredi 31 janvier 2018

Encore des rumeurs...

Par écrit ou par la voix, la rumeur circule régulièrement dans Vouvray. L'une d'elles a été évoquée lors du dernier conseil municipal. A la surprise générale, elle concerne... le futur hangar de stockage pour les boues issues de la station d'épuration.

Selon le récit fait par Madame le maire, des personnes soutiendraient que des boues de la métropole tourangelle seraient aussi traitées sur la zone de l'Etang-Vignon, et au rythme d'un camion par semaine.

Cette annonce a suscité l'incrédulité parmi les membres du conseil.

Il faut dire qu'on ne voit pas très bien ce que viendraient faire des boues de Tours, surtout que la zone d'activité ne dépend plus de l'agglo (via la SET), mais de Touraine-Est Vallées, comme je l'ai déjà écrit il y a plusieurs mois. En tout cas, Mme Pineau a certifié que les boues séchées et chaulées (qui serviront ensuite d'engrais) ne viendraient que de Vouvray.

lundi 29 janvier 2018

La subvention pour l'office de tourisme remise sur le tapis (seconde partie)

Après le conseil de TEV, c'est dans le cadre du conseil municipal de Vouvray qu'il a de nouveau été question de la subvention pour l'association Au Pays du Vouvray.

De ce côté-ci de la Loire, c'est le conseiller d'opposition Dominique Daillet qui a évoqué la fameuse lettre ouverte aux élus de TEV, à laquelle je faisais référence dans un précédent post. Après en avoir pris connaissance, il a déclaré : "je suis tombé de ma chaise". Il a donc demandé des explications à Gérard Serer car, "sauf à remettre en cause la parole de M. Baudard de Fontaine, le dossier n'a pas été présenté de façon correcte à TEV, ce qui a eu pour effet de ramener la subvention à une valeur ridicule".

vendredi 26 janvier 2018

La subvention pour l'office de tourisme remise sur le tapis (première partie)

Hier soir, à l'issue du conseil communautaire de Touraine-Est Vallées, le conseiller d'opposition de Montlouis, Jacky Nourry a pris la parole pour revenir sur la délibération du 20 décembre dernier, à propos de la subvention accordée à l'association Au Pays du Vouvray (voir mon post sur le poker menteur autour de l'office de tourisme de Vouvray). Il a fait part de la lettre ouverte envoyée aux élus de TEV et envoyée par Didier Baudard de Fontaine, le Président de l'association.

Ce courrier, que l'on peut consulter ici, relate une toute autre version des faits que celle qui a été exposée aux conseillers communautaires et qui a motivé leur vote.

Vous pouvez comparer vous-même les deux versions, en consultant le compte-rendu de la séance du 20 décembre, dans la version détaillée que l'on peut consulter ici, sur le site Internet de TEV. Il faut consulter les pages 17 à 20. J'ajoute que ce texte détaillé est assez inhabituel de la part de la com' com' sur son site.

Je n'étais plus là à ce moment-là, mais d'après les informations que j'ai pu recueillir de plusieurs sources, voici le résumé que l'on peut faire des échanges d'hier soir à l'EPCI. M. Serer, qui est le Vice-Président en charge du développement touristique, a réaffirmé qu'il demandait les comptes depuis plusieurs mois. Il a néanmoins admis que les comptes arrêtés au 31 août avaient bien été remis. M. Nourry a demandé à ce que les arguments de M. Baudard de Fontaine soient exposés en commission finances à TEV. Le Président Pierre Dourthe ne s'y est pas opposé, même s'il n'a pas dit oui de façon formelle.

En réponse à l'intervention de M. Nourry, qui faisait part des difficultés financières exposées dans le courrier aux élus de TEV, M. Dourthe a aussi fait un geste. Il a déclaré que si les difficultés étaient avérées, M. Baudard pourrait venir le voir pour que soit révisé le montant de la subvention. Dont acte.

A ce stade, je me dois d'empiéter un peu sur le compte-rendu du conseil municipal, que je détaillerai plus tard. Il a été dit que Didier Baudard de Fontaine était présent pendant toute la durée du conseil communautaire. C'est exact. Il a été dit aussi par M. Serer qu'il n'avait pas "même pas dit bonjour" en arrivant. je n'ai pas été témoin de cela. En tout cas, le Président de l'association Au Pays du Vouvray m'a rapporté qu'il a salué M. Serer avant de partir. Lequel n'a pas répondu, semble-t-il, et n'a en tout cas pas fait part de cet épisode en conseil municipal.