mercredi 19 juillet 2017

Pollution : Nicolas Hulot interpellé au Sénat par Jean-Jacques Filleul

L'actualité locale étant plus rare en cette période de l'année, voici une info en provenance de Paris, qui nous raccroche malgré tout à la Touraine.

On m'a fait savoir que le ministre de la transition écologique et solidaire avait passé une audition au Sénat. C'était le 12 juillet dernier, dans le cadre de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable. Nicolas Hulot est naturellement revenu sur son Plan Climat, dont l'objectif est de mettre fin à la vente de véhicules émettant des gaz à effet de serre d'ici 2040*.

Dans la retranscription de cette audition, j'ai découvert que l'ancien maire de Montlouis, et sénateur d'Indre-et-Loire, Jean-Jacques Filleul a interpellé le ministre. Il a déclaré ceci : "Vos propos sont très positifs, monsieur le ministre d'État. Concernant les produits toxiques, le Conseil d'État vient d'enjoindre au Gouvernement de prendre des mesures urgentes contre la pollution des émissions de particules fines, notamment le fameux NOx** dont nous connaissons tous les effets néfastes pour la santé. Quelles mesures allez-vous prendre" ?

Réponse de Nicolas Hulot, ministre d'État : "On a beaucoup moqué les lanceurs d'alerte durant des années. Mais nous sommes maintenant pris dans un étau, car si nous prenons les mesures qui s'imposent, certains se verront infliger une double peine. Je pense notamment au diesel, dont l'interdiction place des familles dans une impasse. C'est pourquoi nous avons pris des dispositions destinées à l'achat d'un véhicule d'occasion dans le plan climat. Notre responsabilité commune est engagée à ce sujet, car nous ne pouvons plus nous abriter derrière le doute. Cela est contraire au principe de précaution pour lequel j'ai beaucoup oeuvré en d'autres temps".

*Des propos très commentés dans les médias et qui m'ont valu d'être interrogé en direct, le 7 juillet dernier dans la matinale de RTL.
**Précisons que M.Filleul fait une erreur dans sa question. Les particules fines et le NOx (oxyde d'azote) sont deux choses différentes. C'est d'ailleurs quand ce dernier polluant se transforme en NO2 (dioxyde d'azote), un gaz irritant, qu'il est le plus nocif.

lundi 17 juillet 2017

Tintamarre : le pétillant naturel qui devrait faire du bruit à Vouvray

Ce soir, je me suis rendu au domaine de Château Gaudrelle, à Rochecorbon, où avait lieu le lancement de Tintamarre, le nouveau pétillant naturel de la maison. Sur la photo figurent Alexandre Monmousseau, à droite, et son chef de cave, Cyril Nénain.

C'est ce dernier qui m'a confié les secrets de l'élaboration de ce vin, taillé pour l'été. Un vin avec de très fines bulles* et dont la teneur en sucre est limitée à 5 g (c'est le sucre résiduel du raisin qui n'a pas fermenté). Un pétillant d'apéro sans soufre, garanti sans mal de crâne le lendemain.


Le nom, Tintamare, n'a pas été choisi par hasard. Fruit d'un brainstorming, ce nom qui évoque le bruit, traduit une petite entorse aux règles de l'AOC Vouvray. Ce pét' nat' est bien issu du chenin blanc, mais la vinification est limitée à 6 mois, au lieu de 12. Le domaine Château Gaudrelle savait donc qu'il ne pourrait prétendre à l'appellation. Mais, cela en vaut la peine, car ce type de produit est dans l'air du temps. Et c'est ce qui se fait aussi de l'autre côté de la Loire, à Montlouis.

"Pour le domaine, c'était un challenge, reconnaît Cyril Nénain. Mais, on voulait essayer la vinification sans soufre, en bio-contrôle, poursuit-il. C'est une évolution technique motivante, avec une levure qui joue le rôle du soufre et vient capter l'oxygène avant que cela n'altère le jus de raisin. On est allé chercher des raisins à bonne maturité, sur un sol argilo-silicieux. Puis, on applique la vinification ancestrale. Dès que l'on atteint le bon taux de sucre, on met en bouteille et la fermentation se poursuit dedans", conclut le chef de cave.

Le vin a été tiré le 23 décembre. Il a été dégusté un mois plus tard, au moment de la prise de mousse. Et à partir de là, Alexandre Monmousseau et son équipe savaient que le pari était gagné. Ce pari était celui de montrer que l'on pouvait présenter un vin jeune à Château Gaudrelle, alors que l'appellation fait traditionnellement vieillir les vins.

Pour Cyril Nénain, ce serait un signe de dynamisme si l'AOC Vouvray autorisait à l'avenir ce type de vin pétillant naturel.

Tintamarre est un pétillant bio. La production a été limitée à 4000 bouteilles pour cette première cuvée. D'ores et déjà, un importateur basé à New-York est intéressé par ce vin. Ce vin de France, "pétillant naturel chenin blanc" est à 7,90 € la bouteille.

*Il "moussote", déclare Alexandre Monmousseau.

jeudi 13 juillet 2017

Rene-Jean Bienvenu : ses impressions de retour à Vouvray

Il est rentré lundi soir, tard, comme les Vouvrillons qui avaient fait le déplacement jusqu'à Randerscker pour les 25 ans du jumelage. Mais, il ne s'était pas encore vraiment posé chez lui, depuis. En cette veille de 14 juillet, j'ai revu ce matin René-Jean pour évoquer les moments marquants de sa marche de 900 km.

Un véritable exploit qui a suscité l'admiration de nombreuses personnes.

D'abord, il tient à remercier les gens de Randersacker, en particulier l'ancien maire Matthias Henneberger. Il a séjourné avec sa compagne chez les parents de ce dernier.

dimanche 9 juillet 2017

Quoi de neuf dans Vivons Vouvray ?

Le dernier numéro de la lettre d'information municipale a été distribué ce week-end dans les boites aux lettres. Il parle essentiellement de la crèche, qui sera ouverte à la rentrée, et des travaux de la piscine.

Un mot d'abord, de l'édito. Madame le maire évoque les vols et dégradations de voitures. C'est bien d'en parler, même tardivement.

Alors qu'il fait très chaud et que personne ne comprend vraiment pourquoi la piscine a fermé cet été, les travaux n'étant pas prévus avant novembre, les explications sont données sur une page entière. "Nous espérons ouvrir pour la prochaine saison", écrit Vivons Vouvray.

Actualité oblige, il convient de mentionner l'article sur René-Jean Bienvenu. Le marcheur a été contacté par la mairie alors qu'il se trouvait à Troyes.


Par contre, je n'ai pas vu de référence à la mise en place de zones partagées (vitesse limitée à 20 km/h, priorité aux piétons, circulation autorisée dans les deux sens pour les vélos et stationnement interdit hors emplacements autorisés) dans certaines rues du centre. C'est pourtant le cas depuis le 1er juillet.

Pour revenir à l'essentiel, la crèche ouvrira donc le 28 août. Elle aura une capacité de 20 places au niveau intercommunal. Il faudra attendre quelques mois de plus pour profiter de la bibliothèque, qui sera ouverte lors du premier semestre 2018.

vendredi 7 juillet 2017

Randersacker, le programme des réjouissances

C'est ce week-end qu'auront lieu les festivités liées au 25ème anniversaire du jumelage entre Vouvray et Randersacker. Elles se dérouleront en présence de 130 personnes venues du bourg, en bus ou en voiture. Ces Vouvrillons, dont Brigitte Pineau et la responsable du comité de jumelage Catherine Jarry, vont pouvoir retrouver sur place René-Jean Bienvenu, le grand marcheur.

Arrivé depuis mardi, il a eu le temps de s'acclimater à Randersacker, qu'il connaît déjà bien. Il a pu aussi se reposer, car il en avait besoin.

L'accueil des invités se fait ce soir. La fête, elle, débutera dès le samedi.

Sur la photo, on voit ici Eva Pekok, la responsable locale du comité de jumelage. Elle tient un panneau qui signifie "jeu de village pour tous". Le programme du week-end tient à la fois de la célébration (avec un feu d'artifice, le vin de l'amitié), du rendez-vous culturel (exposition d'artistes) et du spectacle (grande fête le samedi avec de la danse, animation du type Jeux sans frontières le dimanche soir).

Le clou de ce week-end sera un dîner en tricolore (aux couleurs de la France, donc).

mardi 4 juillet 2017

Randersacker Inside !

Par un heureux hasard, je débute aujourd'hui un séjour en Allemagne, pas très loin de Randersacker. Du coup, j'en ai profité pour faire un crochet et venir à la rencontre de René-jean Bienvenu qui a terminé aujourd'hui sa marche de 900 km. Bravo à lui, car cela n'a pas toujours été facile.


Dans la mesure où je gérais sa page Facebook* (Vouvray-Randersacker, la marche de René-Jean), nous étions en lien tous les jours et j'ai suivi en temps réel son périple. Il y a eu des moments de doute et de la fatigue. Mais, René-Jean a du caractère et il n'a pas lâché. Son voyage a suscité l'admiration de nombreux Vouvrillons, qui ont adressé des messages de soutien. Certains d'entre eux seront peut-être là, dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire du jumelage. Et puis, la presse (radio, télévision, PQR) a parlé de lui, en France comme en Allemagne.

lundi 3 juillet 2017

Tourisme à Vouvray : un constat réaliste

Parfois, la polémique précède des écrits. Et c'est ce qui s'est passé pour "Vouvray Terre d'@venir", la lettre d'information de l'opposition, dont la distribution a été suspendue en raison de réactions violentes suite à un article. Il s'agit d'ailleurs de l'article principal de ce numéro qui s'étale sur trois pages.

L'auteur, Bertrand Chandouineau (chambres d'hôtes Bagatelle à Vouvray), fait un constat alarmant sur le tourisme dans la commune et se montre pessimiste pour l'avenir. Je reviendrai sur le fond du texte, plutôt clairvoyant. Mais, un passage maladroit a suscité l'ire des professionnels.

samedi 1 juillet 2017

Voici les grands électeurs pour les sénatoriales

Hier, à 12 h 30, le conseil municipal de Vouvray s'est réuni pour désigner les grands électeurs en vue des sénatoriales, qui auront lieu le 24 septembre. Ce conseil n'a pas fait l'objet d'une annonce.

C'est donc sans public que cette élection a eu lieu. En même temps, ce scrutin était assez prévisible. Disposant d'une très large majorité (18 élus), l'équipe municipale "Vivons Vouvray" a obtenu 18 voix à l'arrivée.

Du côté de l'opposition, on n'a enregistré que 4 voix. Celle de M. Aulagnier, qui n'était pas là et ne s'est pas fait représenter, n'a donc pas été comptabilisée.

Résultat : la majorité municipale dispose de 6 délégués (Brigitte Pineau, Gérard Serer, Nathalie Même, Pascal Barone, Laurence Boscherie, Gilles Gasnier) et de 4 suppléants (Juliette Cognié, Alexandre Delalandes, Valérie Déplobin, Jean Mathiot) et la liste d'opposition d'1 délégué en la personne de Dominique Daillet (pas de suppléant).